AJOUTER À MA SÉLECTION

Le dernier homme

  • Auteur Julien Gelas
  • Metteur en scène Julien Gelas
  • Distribution Paul Camus
  • Nombre d'artistes sur scène 1
  • Producteur(s) et/ou co-producteur(s) Théâtre du Chêne Noir
  • Genre : Théâtre
  • Durée : 1h15
  • Date: Du 06 au 29 juillet 2018
  • Début : 14h45 - fin 16h00
  • Date de relâches : les 9,16 ET 23 juillet 2018
  • Nom du théâtre : Chêne Noir (Théâtre du)
  • Adresse : 8 bis, rue Sainte-Catherine
  • Code Postal : 84000
  • Ville : Avignon
  • Pays : France
  • Téléphone de réservation : 04 90 86 74 87
  • Site internet : https://www.chenenoir.fr

21 novembre 2084, côte ouest des Etats-Unis…
Il vient d’inventer une machine capable de connecter la matière et la pensée. Une invention de celles qui transforment le cours de l’humanité.
Mais sa vie bascule lorsque le Pouvoir tente de la récupérer... Sa femme est enlevée, Il est séquestré… et frappé d’une paradoxale malédiction : le voilà désespérément immortel, dans un monde en proie à un conflit planétaire qui viendra à bout de l’humanité entière…
Le dernier homme sur terre nous livre son destin incroyable, s’accrochant à l’espoir d’être ainsi délivré de ses chaînes et de rejoindre paisiblement ses semblables…


Que ferions-nous si nous étions le dernier homme ou la dernière femme sur terre ? Que serions-nous surtout ?
Une pièce d’anticipation sous-tendue par une question vertigineuse : que se passerait-il si nous accédions à l’immortalité dont nous rêvons tant ?
NOTE D’INTENTION
« Que ferions-nous si nous étions le dernier homme ou la dernière femme sur terre ? Que serions-nous surtout ?
C’est cette question qu’il m’est arrivé et qu’il m’arrive encore de me poser, question vertigineuse parce qu’elle nous met face à l’hypothèse redoutable d’une solitude
parfaite. C’est peut-être là le point de départ de la pièce « Le Dernier homme ».
Après la disparition précipitée de l’espèce humaine, un homme reste, témoin de tout ce qu’il n’a pu empêcher. Cet homme se souvient de sa vie, enfant prodige, il a inventé une machine capable de dicter par la pensée n’importe quel texte sur un écran. Sa vie
bascule lorsque le pouvoir tente de récupérer son invention.
L’espèce humaine a disparu mais lui ne meurt pas, l’immortalité est sa malédiction,
une malédiction qu’il ne s’explique pas mais qu’il cherche à comprendre tout au long de l’histoire. D’où cette autre question, qui sous-tend la pièce : que se passerait-il si tout était inversé ? Si l’immortalité tant rêvée par les hommes se transformait en fardeau ?
Le dernier homme a plus de deux cents ans, doté d’une lucidité éclairante il s’accroche à l’espoir qu’une fois son témoignage accompli il sera délivré de ses chaînes et qu’il
pourra s’en aller rejoindre paisiblement ses semblables. Il dépose donc ses dernières paroles dans un magnétophone.
Si le décor et la trame de l’histoire ont un goût d’apocalypse, le personnage est lui
animé par l’espoir et la joie d’une délivrance et des souvenirs du roman de sa vie.
Projeté dans un futur où la Terre est méconnaissable, le dernier homme s’adresse aussi à nous, à ce que nous sommes et pourrions être.
Avec lui, je n’ai pas voulu me placer dans le champ de la morale, encore moins dans
celui de la politique, mais par le théâtre, offrir une fiction qui puisse nous renvoyer à notre réalité présente, avec tous ses dangers et ses espérances. »

Julien Gelas
GALERIE
Soutien(s) : Ministère de la Culture - DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Conseil Départemental du Vaucluse, Ville d'Avignon.
Contact pro :
Aurélia Lisoie
Chargée de communication
0490867484 - 0679635041
a.lisoie@chenenoir.fr
www.chenenoir.fr