AJOUTER À MA SÉLECTION

Meurtre mystérieux à Manhattan

  • Auteur/Compositeur Woody Allen
  • Metteur en scène Elsa Royer
  • Adaptation Elsa Royer
  • Distribution Virginie Lemoine, Patrick Braoudé, Gaëlle Billaut-Danno, Benjamin Boyer, Catherine Hosmalin, Luc Gentil
  • Nombre d'artistes sur scène 6
  • Producteur(s) et/ou co-producteur(s) Atelier Théâtre Actuel, Persona Productions, Romeo Drive Productions et RSC
  • Genre : Théâtre
  • Durée : 1h25
  • Date: Du 06 au 29 juillet 2018
  • Début : 15h25 - fin 16h50
  • Date de relâches : les 17 juillet 2018
  • Nom du théâtre : Théâtre Actuel
  • Adresse : 80, rue Guillaume Puy
  • Code Postal : 84000
  • Ville : Avignon
  • Pays : France
  • Téléphone de réservation : 04 90 82 04 02
  • Site internet : https://www.atelier-theatre-actuel.com

Carol et Larry Lipton sont un couple new-yorkais d’âge mûr sans histoire. Leur grand fils va à l’université, et ils passent leur temps libre au théâtre, au stade ou au cinéma. Ils rencontrent leurs voisins de palier, Lillian et Paul House, un couple plus âgé, sympathisent... Mais peu de temps après, ils apprennent que Lillian est morte subitement d’une crise cardiaque, alors qu’elle semblait en parfaite santé.
Tout de suite, Carol, en manque de sensations fortes dans sa vie trop bien réglée, trouve cette mort suspecte et veut enquêter. Larry étant très réticent, elle mène l’enquête avec leur ami Ted, un dramaturge fraîchement divorcé, et depuis toujours attiré par Carol. Ses soupçons sont confirmés : elle découvre que Paul House trompait sa femme… et finit par apercevoir Lillian, bel et bien vivante, dans un bus ! Qui a donc été incinéré dans l’urne des House ?

"Quand j'écoute trop de Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne"?
Une adaptation échevelée de la comédie culte de Woody Allen.
NOTE D’INTENTION
La structure de Meurtre mystérieux à Manhattan est facilement transposable sur scène. Il y a peu de lieux différents, l’action se concentrant sur les appartements voisins des Lipton et des House, un restaurant (tous figurés par quelques meubles modulables), et l’arrière de l’écran d’un cinéma en rénovation. Ce dernier est d’ailleurs un formidable objet scénique, sur lequel sont projetés, en plus des reflets des personnages et la représentation d’Helen Moss, les désirs inaboutis de Carol et Larry. Car c’est là, sur l’écran des fantasmes, que ces désirs passent, fugaces, dans le noir… Pour les appuyer, la mise en scène utilise l’attirance de Woody Allen pour la pluie : elle coule en bande-son, elle coule sur l’écran, dès qu’un désir s’allume furtivement.
C’est aussi le récit en filigrane de la maturité, d’une femme qui s’ennuie et voudrait arrêter le temps, retrouver les émotions de sa jeunesse. Certains critiques ont comparé ce rôle à celui d’Annie Hall quinze ans après (et effectivement, quelques éléments de script inutilisés dans Annie Hall ont été repris dans Meurtre mystérieux à Manhattan). L’incursion de Carol dans la vie de ses voisins, tout d’abord sans réel motif, est aussi une façon de s’approprier une autre existence. Elle devient possessive avec Ted, qu’elle sait amoureux d’elle, sans pour autant vraiment répondre à ses avances. C’est une seconde adolescence, juste après le départ du grand fils, lorsque le couple doit se réinventer à deux avec vingt ans de plus. Woody Allen traite ce sujet avec une délicate bienveillance, et la conclusion en est touchante.
Ces instants sont d’autant plus magiques que l’ensemble de la pièce doit bénéficier d’un rythme soutenu (dans le film, l’abattage des acteurs, la caméra à l’épaule et la musique de jazz très enlevée y contribuent) : il s’agit bien entendu d’une histoire rocambolesque et drôle, sans temps mort. On s’y amuse, on frémit, on suit avec curiosité le dénouement de l’énigme…

Lorsque j’ai vu ce film au cinéma, j’étais adolescente. Subjuguée par le rythme, les acteurs, les répliques qui font mouche, la légèreté parfaitement maîtrisée, je suis allée le voir trois fois, ce que je n’avais jamais fait auparavant. Et chaque visionnage m’a apporté son lot de nouvelles découvertes sur les personnages, de lignes de dialogue qui résonnent : c’est le genre de films qui se laisse regarder de nombreuses fois avec grand plaisir. Divertissant et intelligent, "Meurtre mystérieux à Manhattan" vous fait sortir de la salle avec un large sourire et l’envie de partir à l’aventure. Je souhaiterais insuffler le même élan de fraîcheur à l’adaptation scénique, un élan vers le rire et le rêve, quand la vie imite autant l’art que l’art imite la vie.
Elsa Royer
GALERIE
Contact pro :
Cécile de Gasquet
Chargée de diffusion
01 73 54 19 16 - 06 28 46 93 57
c.degasquet@atelier-theatre-actuel.com
http://www.atelier-theatre-actuel.com/fiche_liste.php?menu=151