AJOUTER À MA SÉLECTION

Un héros

  • Texte Nikolaï Erdman / Traduction André Markowicz
  • Mise en scène et adaptation Julie Cavanna
  • Distribution Etienne Launay, Pierre-Olivier Mornas, Didier Niverd, Thomas Nucci, Pascal Parmentier, Sophie Raynaud, Héloïse Wagner
  • Production Atelier Théâtre Actuel, la compagnie Ceux qui me hantent, ZD Productions, YDB Productions, Alyzee créations et Roméo Drive
  • Genre : Théâtre
  • Durée : 1h30
  • Date: Du 03 au 26 juillet 2020
  • Début : 18h00 - fin 19h30
  • Date de relâches : les 8,15 ET 22 juillet 2020
  • Représ. suppl. : 9, 16, 23 juill. à 16h10
  • Nom du théâtre : Roi René (Théâtre du)
  • Adresse : 4 bis, rue Grivolas
  • Code Postal : 84000
  • Ville : Avignon
  • Pays : France
  • Téléphone de réservation : 04 90 82 24 35
  • Site internet : www.theatreduroirene.com

Semione, la quarantaine, chômeur, vit au crochet de sa femme dans une banlieue grise cernée par les usines. Déprimé, sans espoir, il perd goût à la vie et prend la décision de se supprimer. Afin de l’en empêcher, sa femme alerte tout leur entourage. Mais, à l’inverse de ce qu’elle espérait, les gens vont s’emparer de ce suicide pour faire entendre leurs revendications et convaincre Semione de rendre sa mort utile.
Ils se succèdent donc tous à sa porte pour tenter de le persuader de se tuer pour leur propre cause, provoquant des scènes absurdes et désopilantes !
Et si Semione était l’homme qu’il leur fallait ?
Si Semione était l’homme qu’il nous fallait à tous ? Notre Héros !

Comment devenir un héros malgré soi !
NOTE D’INTENTION
J’ai relu « Le Suicidé » quelques jours après la première vague d’attentats qui a frappé Paris. Ces évènements ont remis en cause mon rapport à la vie de façon brutale. Je me suis vue contrainte d’apprivoiser la peur, sentiment jusqu’alors étranger à mon quotidien en allant au théâtre, au cinéma; des lieux pourtant emblématiques de notre liberté d’expression.
J’ai été bouleversée par ce texte qui, bien qu’écrit dans un climat de répression et de censure sous la terreur du régime stalinien, m’a semblé résonner comme un inquiétant présage.
J’ai envie de mettre en scène ce texte, non dans l’ambition de faire passer un message, mais parce qu’il m’est apparu comme un cri du cœur; celui d’un homme qui à travers une satire grinçante de la société, clame son refus de se résigner à vivre une existence dépourvue de sens.
Cette pièce a suscité chez moi aussi bien le rire que l’effroi, elle est un remède à la solitude, parce qu’elle offre un regard tendre sur l’homme, vivant au cœur d’une société malade, seul face à sa peur de mourir sans avoir compris le sens de son passage sur terre.
Peut-on perdre sa vie à tenter de lui donner un sens ?
C’est la question à laquelle se confrontera Semione, anti-héros à la mélancolie shakespearienne, tout au long de sa course contre la mort.
Julie Cavanna
GALERIE
Soutien : Théâtre de Gascogne