AJOUTER À MA SÉLECTION

LES ROMANESQUES

  • Auteur Edmond Rostand
  • Adaptation et mise en scène Marion Bierry
  • Lumières Pascal Noël
  • Distribution Sandrine Molaro, Alexandre Bierry, Gilles-Vincent Kapps, Serge Noël et Thierry Ragueneau
  • Producteurs Arts et Spectacles Production et Théâtre le Ranelagh
  • Genre : Théâtre
  • Durée : 1h30
  • 10
  • Date: Du 05 au 28 juillet 2019
  • Début : 12h50 - fin 14h20
  • Date de relâches : les 8,15 ET 22 juillet 2019
  • Nom du théâtre : Girasole (Théâtre)
  • Adresse : 24 bis, rue Guillaume Puy
  • Code Postal : 84000
  • Ville : Avignon
  • Pays : France
  • Téléphone de réservation : 04 90 82 74 42 et 04 90 89 82 63
  • Site internet : www.theatregirasole.com

Deux voisins se vouent une haine mortelle. Leurs enfants sont tombés amoureux et se retrouvent en haut du mur défendu, s’identifiant à Roméo et Juliette. Ces amants imaginent d’heureux dénouements qui contraindraient leurs pères à consentir à leur union. Surgit le personnage de « l’acteur » qui mènera cette comédie de surprise en surprise.
Humour, mésaventures, clins d’oeil à Shakespeare, Corneille et Hugo tissent un théâtre dans le théâtre.

La première pièce de l'auteur de Cyrano qui par son humour et sa fantaisie a conquis Broadway, enfin jouée en France ! CREATION AVIGNON 19
NOTE D’INTENTION
Une intention de mettre en scène est mue par des ressorts intimes.
Pour les enfants de la balle, cette comédie insolite parvient à atteindre ce recoin secret où s’est réfugiée notre enfance nourrie de poésie, d’imprévu, d’illusion. Le théâtre et l’imaginaire sont au centre de l'œuvre. Le pivot de l’action est un mur, démoli puis rebâti par un acteur.
Sans mur, sans obstacle, qu’aurait à imaginer... l’imagination ?
Rostand nous livre ici une métaphore simple et profonde, comme le font les poètes, elle ressemble au dessin de la boîte que l’aviateur croque pour le Petit Prince : "Le mouton que tu veux est dedans". L’acteur nommé Straforel offre, lui aussi, une boîte à chimères aux amoureux des Romanesques : un mur.
Où projeter ses rêves si ce n’est de l’autre côté ? Où croire à tous les possibles, si ce n’est dans l’impossible ?
Rostand semble nous dire en substance : si notre époque nous déplait, créons-en une autre. Si tout devient trop prévisible, trop raisonnable, Il suffit de retourner dans sa patrie.
- La patrie des personnages des Romanesques ?
- Le théâtre. Oui, tous sont comédiens, nous l’apprendrons à la fin.
Rostand donne cependant, dès le début, des indices au spectateur : les amoureux lisent Shakespeare, les pères ne veulent pas que leurs enfants disent des vers et avouent en avoir assez de jouer les Géronte, quant au jeune homme, il conte ses mésaventures à la manière du Menteur. Le jeune Rostand envoie, çà et là, des clins d’yeux malicieux à Corneille et à Hugo, comme lorsqu’il revisite le drame d’ Hernani dans une scène des plus comiques.

Les Romanesques - première pièce de l’auteur - possède un aspect singulier, une sorte d’autodérision où le jeune Rostand semble rire du Rostand à venir. Cette distance confère aux personnages un accent libre, déjanté, hors du cadre. Les vers de mirliton et les envolées sublimes, que s’échangent çà et là les cinq personnages, requièrent un lâcher-prise digne d’un quintet de jazz.

La mise en scène ne donnera, elle aussi, que quelques indices de la mise en abyme sans la dévoiler. La jeune première, Sandrine Molaro - en fait la directrice du théâtre - n’aura bien sûr plus l’âge de jouer les ingénues et sera plutôt Rock’n’roll et fatale. Le mur ne sera qu’un simple rideau brechtien dans la diagonale du plateau, les bancs seront une malle et un piano. Trois acteurs de la distribution étant aussi musiciens, il y aura de vraies sérénades sous de faux balcons.

Si l’intelligence reste, à la lettre, la faculté de lier entres elles les choses pour en comprendre d’autres, Rostand écrit une comédie toute d’intelligence reliant à ses personnages, des figures d’œuvres antérieures. C’est le propre de certains aventuriers de la modernité que de renoncer aux courants et aux modes. Ils prennent appui dans le passé pour mieux rebondir dans l’avenir.

Les œuvres contemporaines que j’ai tenté de défendre dans mes mises en scène présentaient souvent d’étranges enfants, des clowns comiques ou tragiques, des personnages empanachés et libres. Ma tâche sera ici de propulser - par l’étonnement, le rire, l’émotion - cette œuvre hors du temps pour qu’elle parvienne au cœur du spectateur d’aujourd’hui.
Marion Bierry
GALERIE
Contact pro :
Nelly CORREIA
Directrice
0684182026
correianelly@orange.fr
www.arts-spectacles-prod.com

Nadia COSTES
Chargée de diffusion
0662623875
costesnadia@orange.fr
www.arts-spectacles-prod.com